Devotion [Maîtres/Soumis]

Bienvenue à Meridell, Cité où règne la loi du plus fort… Serez-vous soumis à votre condition ? Profiterez-vous de votre position de Maître ? Très bon jeu sur notre forum !!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Mar 18 Aoû - 4:17

La journée de travail s'était achevée sur la vente de plusieurs nekos. Rider était fatiguée, très fatiguée, mais comme la matinée avait commencé de la meilleure façon qu'il soit, elle avait cru bon de se rendre à l'animalerie à pied. Grave erreur... La pluie s'était mise à tomber sans prévenir, en début d'après-midi. L'ange, exaspérée et aussi ronchonne que les félins de la boutique, si ce n'est plus, avait passé le reste du temps noyée sous la paperasse, à défaut de pouvoir se noyer dans l'alcool. Il ne fallait plus toucher à ça. En cure de désintox' ? Oui, un peu, c'est vrai... Quoiqu'il en fût, Kyô s'occupa des ventes tandis que sa collègue, postée au comptoir, remettait un peu d'ordre dans les différents classeurs et complétait les fiches selon l'arrivée ou le départ des petites boules de poil. L'une d'elles, une chibi neko à peine sevrée, restait assise près de la jeune femme, et observait ses moindres fait et gestes sans piper mot. De temps à autre, elle était gratifiée d'une caresse, et sa patience ne faiblissant pas, elle regardait la pointe du stylo tracer les grandes lignes de la signature de Rider. Le temps passait. Finalement, il était l'heure de fermer. Elle se leva, vérifia que le sommeil des nekos était suffisamment paisible pour leur assurer une nuit complète sans cauchemar, remplit les bols d'eau, et le bruit de la clé tournant dans la serrure du grillage protégeant la vitrine fit écho au silence. La rue était déserte, il pleuvait encore, mais la jeune femme avait eu la bonne idée d'estropier la salle des employés de l'un de ses parapluies. Elle se mit à courir dans les rues de Meridell, ses cuissardes en cuir protégeant ses fines jambes galbées de l'eau qui pourrait s'infiltrer jusqu'à sa peau. Un pavé glissant lui arracha un couinement suraigu, tandis que de sa main libre, celle qui ne tenait pas ce qui la protégeait de l'averse, elle se rattrapa de justesse à la grille des jardins. Elle soupira, replaça son bassin et massa ses reins douloureux pendant quelques secondes.
Pourquoi ne pas s'arrêter ici ? Rider n'aimait pas spécialement les fleurs, comme les autres femelles, toutes races confondues, mais s'arrêter devant un buisson d'aubépines ou de roses écloses l'apaisait, parfois. Elle entra. À certains endroit, les feuilles des arbres étaient suffisamment garnies pour que la pluie fût filtrée. Pourquoi ne pas attendre ici que le déluge cesse enfin ? Elle se posa près d'un bleuet, et pendant quelques minutes, ses yeux se nourrirent des couleurs vives qui régnaient en maîtresses en ces lieux. Cependant, quelque chose de plus pâle se détachait du patchwork floral. Une silhouette diaphane... Rider tendit son parapluie afin de protéger la jeune femme, dont elle ne voyait que les longs cheveux immaculés, étant donné qu'elle lui tournait le dos.

Mademoiselle est pressée ? Je puis partager mon parapluie si vous attendez que les cordes cessent de pleuvoir, invita galamment l'ange, qui se voyait mal attendre seule, là, et qui préférait nettement engager une conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Mar 18 Aoû - 9:05

Sonia avait passée la journée dans les rues, évitant les averses autant qu’elle avait pu. Elle cherchait toujours un endroit où loger. L’hôtel, c’était bien, mais les finances s’en ressentaient un peu. Les propriétaires des différents logements ne voulaient pas d’une hybride affranchie comme locataire, c’était trop nouveau pour eux, probablement. Elle avait arrêté ses recherches et rentrait à l’hôtel lorsqu’elle fut prise de l’envie de danser. Elle alla dans un parc qu’elle avait vu pour se faire, mais elle ne fit plus attention à la météo, comme a son habitude. Elle fut donc prise dans l’averse et s’abrita comme elle le pu sous un arbre. Elle se demanda ce qu’elle allait bien pouvoir faire. Pas de parapluie et une tenue assez légère sur le dos. Elle se dit qu’elle devait sentir le chat mouillé comme le lui disait le vieux Ortus. Elle fut surprise de voir un parapluie venir s’arrêter au dessus de sa tête. D’où pouvait-il provenir et qui avait eu la gentillesse de l’abriter de la sorte. Une voix féminine venait de parler. Une dame gentille et de bonne éducation, plus que probablement. Sonia se retourna pour voir qui était sa sauveuse. Elle vit une dame belle, mais qui semblait un rien fatiguée et probablement excédée par une longue journée de travail. Sonia la salut en faisant une légère révérence.

- Je ne suis pas pressée, madame, plus maintenant que vous m’avez fourni un abri contre la pluie, ce dont je vous suis grée. Je me nomme Sonia Urchen, ravie de vous rencontrer. Et je pense que je vais attendre avec vous. Ma chambre d’hôtel ne s’envolera pas… Mais permettez-moi de vous remercier. Mais, puis-je m’enquérir de votre nom, belle dame?

Sonia sourit à la dame, mais sans découvrir ses crocs. Elle savait comment faire pour ne pas avoir l’air d’un carnassier. Elle avait vite appris à cause de son travail pour Ortus. Et puis, un peu de conversation ne faisait pas de mal. Mais elle devait prévenir la dame qu’elle pourrait être mal vue par sa compagnie. Shion Oyada avait accepté son état suite à la lettre de Ortus, mais les autres maîtres de la cité n’étaient probablement pas tous comme lui et les difficultés pour trouver un logement en était la preuve la plus flagrante.

- Mais je dois vous mettre en garde de ma compagnie. Je suis une hybride affranchie et je ne pense pas que cela vous fasse une bonne publicité si d’autres membres des races des maîtres. Et le manque d’accueille pour trouver un logement en est la preuve la plus flagrante…

Sonia ne se plaignait pas, mais expliquait pourquoi elle pensait faire une mauvaise publicité à cette dame si gentille. Et elle ne voulait pas paraître inopportune pour une personne si agréable au demeurant…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Mar 18 Aoû - 15:35

Rider avait arrêté son parapluie au-dessus de la jeune fille, la protégeant ainsi des rares et fines goutelettes tenaces qui parvenaient à s'infiltrer entre les feuilles de l'arbre sous lequel elles étaient toutes deux. La belle chevelure immaculée, brillante malgré l'eau qui perlait sur elle, se secoua, la demoiselle se retourna. Rider n'avait pas remarqué l'apparence semi-animale de l'hybride, lorsqu'elle était encore de dos, mais une fois qu'elle eût aperçu les oreilles qui pointaient entre deux mèches de cheveux, puis la queue fournie et le pelage clair tacheté de noir, un sourire se peignit sur son visage. Cette tenue était assez légère, mais elle lui allait très bien. En plus de cela, elle se montrait très polie. Elle fit une petite révérence devant l'ange, qui ne pensait pas en mériter autant, mais elle répondit du mieux qu'elle put, s'inclinant à son tour. Elle s'approcha ensuite, tandis que Sonia se présentait, afin que le parapluie les couvrît toutes deux. Rider portait son habituelle tenue et les grosses lunettes qui masquaient son regard, et put donc observer la jeune femme sans risquer de paraître trop familière. Sa beauté n'était pas commune, avec un côté sauvage que beaucoup d'autres hybrides ne possèdaient pas à cette échelle, et qui ne la rendait que plus unique et élégante, l'équilibre entre le côté humain et le côté animal étant parfait, pour Rider. Lorsqu'elle parla d'hôtel, l'ange pensa tout d'abord que son maître devait ne faire qu'un bref passage à Meridell, et ne pas y vivre. Le sourire de Sonia était doux et rassurant, bien que sa compagne n'eût pas idée des crocs puissants qui se cachaient là.

Je suis Rider, enchantée... Je ne pouvais pas laisser une aussi charmante demoiselle sous la pluie, surtout dans cette tenue. À y regarder de plus près, ces vêtements semblaient bien trop légers et aériens pour fournir un rempart suffisamment épais contre la pluie. Vous faites partie d'une troupe ? Car vos vêtements sont des vêtements de danse, ou je me trompe ?

Il fallait avouer que ces habits, en plus d'aller comme un gant à Sonia, lui confèraient encore davantage de grâce. Puis, l'hybride expliqua qu'en réalité, elle était affranchie. Rider pencha la tête, surprise. Ainsi donc, il y avait des soumis qui n'en étaient plus ? Elle craignait de faire une mauvaise publicité à la jeune femme qui lui proposait ce parapluie, la preuve étant que trouver un logement n'était pas chose aisée. Elle comprit pourquoi elle avait parlé de chambre d'hôtel.

Ne vous inquiètez pas, je me fiche bien de qu'on dit, affranchie ou pas, vous restez quelqu'un d'agréable, trancha l'ange afin de rassurer Sonia. Mauvaise publicité ou pas, ce genre de choses lui passaient au-dessus, et elle n'en avait pas grand-chose à faire, seul comptait son travail et les nekos.

Et puis, on ne recontrait pas d'hybride affranchi tous les jours ! Rider songea que, si comme elle le pensait, la jeune femme vivait comme n'importe quelle maîtresse de la cité, la vie ne devait pas être facile, surtout avec certains anges et démons butés qui demeuraient dans l'optique du rapport de force et ne devaient pas tolérer quelque chose d'aussi nouveau. Une idée germa tout doucement dans son cerveau, petit à petit, et elle commença à prendre de l'ampleur, mais il fallait voir si cela restait faisable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Jeu 27 Aoû - 9:18

Sonia était des plus reconnaissantes, elle n’avait pas eu pareille compagnie et surtout, aussi agréable, depuis son entrée dans la ville. Elle se dit donc que la chance venait de lui sourire à nouveau et elle espérait que cela durerait. Surtout avec une dame d’une éducation d’aussi bonne qualité. Elle se demanda si Ortus avait espéré qu’elle trouva une personne comme elle dans cette cité ou s’il espérait qu’elle se rendrait compte de la peur que peut provoquer le changement chez ceux de son espèce à lui… Il avait toujours eu un coup d’avance sur elle et, bien qu’il ne soit plus là, il continuait a avoir un coup d’avance, il était des plus malins et des plus prévoyants.

- Je vous remercie, madame, je n’aurais vraiment pas pu me déplacer dans un temps pareil avec pareille tenue… J’affectionne cette tenue, mais elle est peu pratique par temps de pluie… Et j’ai oublié de prendre de quoi me couvrir… Je ne fais pas partie d’une troupe, je suis une ancienne meneuse de revue, Ortus était le propriétaire du cabaret où je travaillais. Il m’a affranchie et je me retrouve ici, à Meridell. Et vous ne vous trompez pas, c’est une tenue de danse, danse des voiles et du ventre pour être précise. Mais le temps ne se prête plus à la danse, malheureusement…

Sonia était attristée par la météo. Elle adorait le soleil, même si, avec sa toison, la chaleur pouvait vite devenir accablante. Puis, la remarque de la dame la fit sourire. Elle était tombée sur une personne véritablement ouverte d’esprit, c’était une chance pour elle. Elle n’en avait pas espéré autant de cette journée, quoi qu’elle eut espéré trouver un lieu de vie fixe… Mais c’était un autre problème, et demain serait un autre jour pour le régler, car elle ne voyait pas d’autre solution pour le moment, surtout sur cette pauvre journée.

- Vous êtes la première à vous en moquer ouvertement parmi les maîtres de la cité. Je suis vraiment heureuse que le temps se soit mis à la pluie, sans cela, je n’aurais pas été sous cet arbre… Et je vous retourne le compliment. Si vous saviez ce que j’en ai entendu en visitant les appartements aujourd’hui, vous comprendriez qu’une personne seulement aussi à moitié agréable que vous passerait pour la meilleure des personnes!

Sonia souriait mais sans montrer ses dents. Elle savait cacher le coté carnassier de ses ancêtres. Elle adorait sourire, sachant que cela détendait parfois bien des situations, même si cela ne lui avait été d’aucunes aides durant la journée. Et ici, elle souriait par envie de partager un peu de joie, et non pas pour détendre l’atmosphère…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Ven 28 Aoû - 17:14

Rider écouta la réponse de la belle Sonia. Cette dernière était affranchie, expliquant qu'elle ne faisait pas partie d'une troupe, comme l'avait supposé sa compagne, mais qu'elle avait été meneuse de revue. Elle était donc plutôt sédentaire, et ne se déplaçait pas. Mais elle devait avoir bien des difficultés pour se loger, puisque seul l'hôtel acceptait de l'accueillir. C'était dommage, les gens se cantonnaient à son statut d'affranchie, sans chercher à connaître cette douce hybride. L'ange avait cependant vite compris que c'était trop inhabituel pour les gens du royaume d'Olmarion, où avait toujours régné l'esclavage. Cette notion était très profondément ancrée. Ceux de sa race, et les démons, devaient certainement avoir peur de perdre un peu de leur pouvoir et de ne plus assez exercer leur tyrannie sur les « soumis ». L'affranchissement de la jeune fille était un début, et Rider tenta de se mettre à la place d'un maître oppressif et cruel, qui ne jurait que par la domination. Ce genre de personne un peu paranoïaque devait sûrement penser que la situation pourrait bientôt être hors-contrôle. D'ici là, il se passerait certainement des années, mais il fallait espérer que contrairement à la guerre entre les anges et les démons, cela n'entraînerait pas un bain de sang. Bain de sang dans lequel la jeune femme aux cheveux violets avait volontiers plongé… Mais il ne fallait pas le regretter, tout ces choses étaient si vieilles, et tout avait changé. Même le départ d'Ayame l'avait poussée à réfléchir sous l'attitude qu'elle devait adopter face aux soumis. Ils étaient aussi des êtres vivants, et sensibles. Elle se rapprocha encore un tout petit peu de l'hybride, afin d'être sûre que la pluie ne l'atteindrait pas. Son pelage était suffisamment mouillé, ça ne devait pas être agréable pour elle. Heureusement, il ne faisait pas très froid. Puis, elle réfléchit. Y avait-il un cabaret, ici ? Pourtant, Sonia avait bien précisé, « ancienne »…

Dites-moi, il ne semble pas qu'il y ait de cabaret, ici… Vous dansez malgré cela ? Au Golden Club ?

Rider n'imaginait pas cette jeune femme si élégante à l'Extase, et sa tenue mettait certes en valeur son physique très agréable pour les yeux, mais ça ne semblait être quelque chose fait pour les danses dites de charme. Quoique la danse du ventre et des voiles eût un certain effet de sensualité. Les phrases suivantes de sa compagne la touchèrent, et son sourire lui donna à son tour envie de sourire, ce qu'elle fit. Sonia savait faire passer sa joie.

Merci beaucoup… Je trouve juste ça un peu dommage de passer à côté de personnes comme vous uniquement parce que votre statut ne plaît pas. C'est sûrement quelque chose de trop nouveau, et bien que Meridell soit la ville la plus moderne de notre royaume, aussi bien du point de vue des moeurs que de la technologie, il y a encore des gens qui attachent de l'importance à ce rapport entre maître et soumis. Vous cherchez un logement où vous installer définitivement ? demanda l'ange, une lueur malicieuse brillant dans ses yeux que voyait désormais Sonia, puisque sa compagne venait de retirer les grosses lunettes opaques qui trônaient sur son nez. La couleur pâle des iris pouvait faire croire qu'elle était aveugle, mais elle savait que l'hybride avait suffisamment de jugeote, et que cela ne l'effraierait pas. Elle l'espérait, du moins… L'averse doubla de vigueur, et les gouttes grossirent à vue d'oeil tandis qu'un couinement comique échappa à Rider. Elle posa sa main sur le bras de sa compagne, mais se retira ensuite en prenant conscience de son geste. Elle ne voulait pas l'offenser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Mar 1 Sep - 13:54

Sonia était heureuse. Le tonnerre retentit dans le lointain, un temps encore plus laid que ce que Sonia pensait. Sonia n’avait vraiment pas bien choisi son jour pour oublier de prendre de quoi se couvrir, ou du moins, un parapluie. Elle fut tirée de sa rêverie météorologique par la dame. Elle semblait se demander où Sonia pouvait bien danser pour sa profession. Elle n’osa pas avouer que le projet auquel elle aurait du participé était tombé à l’eau. Elle avait touché une rente pour le problème qu’il y avait eu, mais pas de travail, le propriétaire du futur cabaret, un dénommé Ken, avait disparu. Sonia ne se tracassait pas trop, car la pension continuait de tomber et les restes de ce qu’avait laissé Ortus était suffisant en gérant bien, ce que faisait Sonia.

- Vous avez raison, il y en a un qui devait ouvrir, j’ai même eu le temps de signer un contrat qui ne sert à rien, le propriétaire du futur cabaret ayant disparu… un dénommé Ken. Mais cela ne fait rien, je touche la moitié du salaire malgré tout, tous les mois. Je danse donc pour mon plaisir, dans ce parc, assez souvent. Mais j’ai rarement de la compagnie. Oh, j’ai aussi enseigné un peu la danse à deux demoiselles de la cité, une hybride et une neko, ce sont mes amies. Mais pas de travail… Je ne sais même pas ce qu’est l’endroit dont vous me parlez…

Sonia ne connaissait vraiment pas la ville. Elle se perdait encore fréquemment et pas petitement, la dernière fois, elle avait du marcher un couple d’heure avant de trouver un lieu qu’elle connaissait et elle avait mis une heure de plus pour rentrer à sa chambre d’hôtel. Une plaie que de ne pas connaître le lieu où l’on vit. Un sourire vint illuminer le visage de la dame. Sonia en était ravie. Rider parla ensuite du comportement des maîtres. C’était vrai que Sonia ne s’arrêtait à rien. Sinon, elle ne pense pas qu’elle se serait fait des amies dès son arrivée en ville. Elle s’entendait bien avec Eva et Rose…

- Vous avez raison, c’est une forme de peur et d’étroitesse d’esprit, mais on ne peut pas reprocher aux gens d’avoir peur de l’inconnu. Je suppose que le problème est cette guerre idiote… Je me rappelle avoir donné un spectacle pour des soldats, un soir. Ortus avait fait doubler la sécurité… Pour une raison équivalente, il ne connaissait pas les soldats, c’était des inconnus pour lui. Oui, cette ville est accueillante, un peu trop grande pour moi, pour le moment, mais elle est mieux que tout ce que j’ai vécu dans le passé. Une vraie merveille. Le rapport est une chose, mais le respect est plus important et oui, je cherche un endroit où rester le plus longtemps possible. Pourquoi, vous en connaissez un?

La question était innocente, bien qu’intéressée, Sonia ne pensait pas demander un logement à la dame, enfin, pas chez elle. Elle ne voulait pas la mettre mal à l’aise. Elle sentit les goutes se faire plus agressives et plus nombreuses. Rider retira ses lunettes. Sonia regarda les yeux, des yeux pales, presque ceux d’un aveugle. Elle les trouvait beaux et à la limite de l’envoutant, car elle savait que Rider voyait. Elle sentit le bras et ne s’en offusqua pas. Elle fut surprise du recul. Sonia s’approcha de Rider et s’installa en lui prenant le bras. Après tout, cela permettait d’avoir un meilleur abri sous le parapluie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Sam 12 Sep - 22:16

Le tonnerre gronda au loin, c'était loin d'arranger Rider. Un temps à ne pas mettre le nez dehors, mais il fallait bien assurer à l'animalerie. Sonia lui avoua qu'elle avait bien signé un contrat pour danser dans un cabaret, mais que le projet n'avait pas abouti, le propriétaire ayant subitement disparu. L'ange hocha brièvement la tête, n'ayant même pas eu vent de cette histoire. La jeune fille n'avait donc pas de travail, elle ne dansait que pour son plaisir, et avait enseigné un peu de son savoir à une hybride, comme elle, et une neko. Les lèvres de la jeune femme aux cheveux violets s'étirèrent davantage, son sourire s'agrandit.

Une neko ? Je la connais peut-être… Je travaille à l'animalerie, car hélas, tous les soumis de cette ville ne sont pas affranchis. Le Golden Club est une discothèque, mais je pense qu'elle peut aussi faire office de cabaret si on la retape un peu. Cela dit, je ne l'ai jamais visitée, donc je ne fais qu'y penser.

L'anecdote que lui raconta ensuite Sonia arracha un rire discret à l'ange. Elle avait travaillé dans l'armée assez longtemps pour se rendre compte que si les soldats faisaient beaucoup de bruit, il y en avait peu qui passaient à l'attaque sans raison évidente. Par peur d'être mal interprétée, elle expliqua :

J'ai conduit pas mal de soldats, fut un temps, et rassurez-vous, ils aboient mais ne mordent pas sans raison. Je suis d'accord avec vous sur ce point, la peur de l'inconnu m'a aussi fait prendre des décisions que j'ai amèrement regrettées, et d'autres qui ont servi mes intérêts.

La pluie redoubla de vigueur, et Rider, qui avait reculé après s'être saisie du bras de Sonia, fut heureuse que cette dernière n'en fût pas offusquée. Elle vint même se saisir du sien, et l'ange se rapprocha un peu d'elle, veillant à ce que la parapluie les couvrît toutes deux parfaitement bien, avant de reprendre la parole.

Disons que j'ai peut-être une petite idée, commença-t-elle. Je n'ai pas de compagnon, et bien souvent, ma maison reste vide pendant que je travaille. Elle est située dans les lotissements, et elle est suffisamment grande pour accueillir plusieurs personnes, comme elle l'a déjà démontré par le passé, et dispose de toutes les pièces nécessaires, je pense. Si cette idée ne vous dérange pas, je suis prête à vous héberger. Mais bien sûr, il faudra montrer patte blanche. Je ne demande pas de loyer en retour, rassurez-vous, juste une présence quotidienne et le ménage dans les pièces que vous occuperez. Pour le reste, ma paie peut bien couvrir les frais de deux personnes…

Elle tourna la tête dans la direction du visage de Sonia. Elle semblait bien sage et très douce, elle n'apporterait aucun ennui avec elle, l'ange en était convaincue et persuadée. Elle espérait qu'elle ne serait pas déçue de se voir proposer cela plutôt qu'une chambre qui pût vraiment lui appartenir, qu'elle aurait pu louer voire acheter. La jeune femme ne se préoccupait pas principalement de l'argent, enfin, plus maintenant. Au contact des nekos, elle avait appris que cela n'avait aucune valeur, et que les relations humaines primaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Lun 14 Sep - 14:21

Sonia se rendit compte qu’elle parlait énormément d’elle et qu’elle ne laissait pas tant que cela la parole à la dame. Rider ne semblait pas s’en offusquer, mais le vieil Ortus n’aurait pas laissé passer ça. Elle décida donc d’écouter. Et la, ce fut une explication sur son travail. Elle vendait donc les soumis nekos de la cité… Une chose étrange pour Sonia, elle n’avait pas été vendue, mais avait suivit Ortus, pour que le village de son enfance reste secret. Elle entendit la question en fin de phrase et elle se fit une joie de répondre.

- Peut-être, en effet, une neko fort jolie du nom de Eva, elle est douce, agréable, vêtue à l’orientale. Du moins, lorsque je l’ai vu et pour votre travail, ne vous en excusez pas, il faut bien gagner sa vie et comme je l’ai déjà dit, les changements font peur et souvent, sans raison.

Sonia fut surprise qu’une dame si douce aille un passer militaire, mais après tout, comme elle venait juste de le dire, il fallait bien gagner sa vie… Sonia s’était étonnée du rire, mais après l’explication, elle eut un léger rire aussi. Les voir comme des chiens de garde, rendaient les militaires plus sympathique, même si l’a guerre n’était ni drôle, ni joviale.

- Je ne vous cache pas ma surprise, qu’une dame comme vous se soit retrouvée à la tête d’une troupe d’armée, mais comme déjà dit, il faut bien gagner sa vie, et il n’y a pas de métiers à repousser… Et puis, l’image des chiens, cette image m’amuse vraiment, vous avez le don pour imager vos paroles.

Sonia écouta l’idée et la trouva bonne, voir, excellente. Elle s’adonnerait à un peu de ménage, elle aidera au mieux. Sa mère lui avait donné une éducation pour avant qu’elle ne se retrouve sur une scène pour apprendre le métier qui était le sien. De plus, la dame serait une personne agréable et Sonia se voyait bien passer de longue soirée avec elle, à discuter, danser ou autre. Le tout était déjà clair dans sa tête et ce que dit Rider la conforta la dessus. Pas de raison de refuser l’offre la plus généreuse qu’on lui a fait depuis qu’elle était arrivée en ville pour du logement.

- J’accepte avec beaucoup de joie. Je serai votre obligée. Si vous avez besoin d’aide, comme je n’ai pas de travail, je me ferai une joie de vous aider, dame Rider. Je mettrai donc un peu de vie dans votre maison avec joie. Je pense que mes deux amies viendront prendre la suite des cours dans votre domaine, si cela ne vous dérange pas. Et pour l’argent, j’aimerais participer, même si ca sera forcément moins que ce que vous apportez. Mais dites-moi, ma chère propriétaire, de logement, comment dois-je vous nommer?

Sonia sourit largement, la dame s’était montrée être la meilleure personne qu’elle eut rencontré dans les anges et les démons. Sonia était persuadée qu’elle ne risquait rien avec Rider. Elle se laissa donc aller. La liberté était si douce et maintenant qu’elle avait un chez elle, même si c’était chez Rider, elle n’en était que plus douce, à l’image de la compagnie de cette dernière. Sonia eut une envie, envie de demander quelque chose.

- Je sais que c’est rapide et que la journée décline déjà, mais est-ce que je peux emménager ce soir? Et dans ce cas là, pourrions-nous faire un détour par mon hôtel pour récupérer mes affaires?

Sonia ne voulait plus dormir là-bas, elle sentait que le patron ne voulait plus la voir, qu’elle faisait fuir les bons anges et démons qui logeaient avant dans ses murs…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Sam 26 Sep - 1:03

Rider fut ravie d'entendre le nom d'une neko qu'elle connaissait et avec qui elle avait passé un peu de son temps. Une jeune fille fort agréable et polie, qui donnait le sourire à l'ange. Elle n'avait pas peur des changements, pas de celui-ci en tout cas, elle pensait que cela allait dans le bon sens. Elle regrettait simplement que ce mouvement ne s'étendît pas. Il s'écoulerait encore des longues années avant de voir apparaître d'autres affranchis…

Je la connais, en effet. Je me suis chargée personnellement de sa vente, nous avons une politique assez… Particulière sur ça, à l'animalerie. Une personne de très agréable compagnie.

Elle écouta ensuite l'hybride lui faire part de son étonnement, et la jeune femme esquissa un nouveau sourire. Le passé militaire de l'ange était toujours source de surprise. Mais elle prenait cela comme un compliment. Elle avait aussi fait rire Sonia, la métaphore employée lui était subitement venue à l'esprit, mais à y regarder de plus près, elle avait déjà songé aux soldats en tant que chiens de garde. Un peu comme les gardes de la cité, tiens. (*pas tapeeer <3*) Elle hocha la tête pour remercier l'hybride et lui fit finalement part de son idée. L'enthousiasme de Sonia fut visible et Rider, qui avait craint un refus, éprouva également une très grande joie à l'idée d'héberger une âme sous son toit. Cela faisait plusieurs semaines, de très longues semaines, que la solitude lui pesait. Elle ne pouvait pas briser la routine qui s'était déjà bien installée sans ami ou compagnon. Elle était certaine de bien s'entendre avec l'affranchie, elle semblait relativement tolérante et avait aussi l'air très compréhensive. Polie. L'ange n'aurait pas pu trouver meilleur hôte. Elles auraient certainement beaucoup à apprendre l'une de l'autre. Et un nouveau souffle de vie circulerait dans cette maison morte depuis que la jeune femme y vivait seule. Bref, que des avantages. La question du loyer l'embarrassait cependant un peu, l'hybride lui apporterait déjà tant qu'elle ne pouvait pas en demander davantage… Mais elle veillerait à lui expliquer tout cela en temps voulu.

Vos amies seront toujours les bienvenues, j'imagine que ce sont des personnes correctes, j'en suis sûre pour Eva, du moins. Appellez-moi Rider, ou tutoyez-moi, faites de la façon qui vous plaira, cela m'ira aussi.

Sonia demanda très vite à s'installer, ce qui surprit sa compagne. Elle ne pensait pas qu'on lui accorderait une telle confiance, alors qu'elles se connaissaient depuis peu, mais elle n'alait pas se plaindre, et elle voulait se montrer digne de cette confiance qu'on lui donnait. Alors, elle hocha de nouveau la tête. Rien ne s'opposait à ce que l'affranchie s'installât le jour même chez elle, elle n'avait rien de prévu, de toute façon.

Tout ce que vous voudrez, avez-vous beaucoup de bagages ? Prévoir un transport… réfléchit Rider à voix haute. Elle se rappela de la direction où se trouvait l'hôtel et invita sa compagne à se mettre aussi en route.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   Ven 2 Oct - 13:48

Sonia était contente de savoir que sa propriétaire ne serait pas contre quelques visites dans sa maison. Elle était même encore plus ravie lorsqu’elle dit qu’elle connaissait Eva. Sonia sourit, de toutes ses dents, comme cela lui arrive si peu. Elle faisait toujours attention à cela car elle avait un sourire carnassier qui n’allait pas de paire avec sa profession. Mais là, elle ne put s’en empêcher. La joie se faisait trop forte pour penser à ce genre de détail… Vint le moment où Rider parla d’un politique de vente là où elle travaillait, chose qui titilla la curiosité de Sonia…

- J’en suis ravie. Vous pourrez vous joindre à nous, si vous le désirez. Je dois encore donner quelque leçon de danse… D’ailleurs, je vais vous prévenir de suite, je ferai peut-être installer une barre et deux trois autres choses pour pouvoir pratiquer et ne pas perdre ma technique. Mais vous parliez de politique de vente, de quoi parliez-vous ?

La remarque sur le vouvoiement fit rougir Sonia, heureusement pour elle, cela ne se voyait pas grâce à sa toison. Elle sourit, mais en faisant attention cette fois. Elle reprit la parole, une peu gênée…

- Je ne sais pas si ce serait bien raisonnable de vous tutoyer. Vous êtes des races dominantes, et j’ai beau être affranchie, je ne suis pas votre égale… Mais je vous remercie de me le proposer. Peut-être en privé, mais pas en rue… Ortus vous aurait appréciée, j’en suis certaine… Notez, il appréciait toutes les femmes et surtout si elles se montraient aptes à la danse…

Sonia s’étonnait de ce qu’elle voulait qu’on la tutoie alors qu’elle-même la vouvoyait. Elle fit, en suite, attention au contenu de la phrase et non plus sur sa forme. Pour l’emménagement, le nombre de bagages… Sonia n’était pas des plus chargées. Le principal de ses bagages devaient encore arriver ou étaient en consigne. Elle n’avait donc que le nécessaire à l’hôtel. Elle allait pouvoir rassurer son hébergeuse sur ce point.

- Si vous ne me tutoyez pas, je ne saurais accepter de le faire pour vous, dame Rider. Et pour ce qui est des baguages… Je n’ai pas beaucoup de valises. Le principal n’est pas encore arrivé. Ortus m’enverra mes tenues de scènes complètes une fois que je serai installée. Je redoute de voir arriver les hommes de la troupe pour tout installer… Ca ressemblerait bien à Ortus de s’encombrer de faire ça… Il a été plus comme un père que comme un maître… Il ne m’a d’ailleurs jamais touchée… Enfin, il ne voulait pas cela de moi… Oh, je m’égare, non, pas besoin de transports spéciaux, je vous remercie de votre sollicitude. Allons, donc chercher tout cela.

Sonia se laissa guider par rider et marcha d’un pas alerte et souple, voulant voir cette maison qui allait être la sienne. L’hôtel était si impersonnel, surtout la chambre qu’on lui avait laissé, la plus mauvaise… Le patron avait espéré voir partir cette cliente hors norme au plus vite. Il prétendait que Sonia avait fait fuir une partie des clients. Mais, elle n’en avait rien cru. Le patron semblait juste vouloir la voir partir... Il allait être servi, elle partait, et ce, pour un endroit qui ne pourrait jamais être pire, ca serait même la première vrai maison pour Sonia depuis qu’elle avait du quitter son village natal…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crépuscule pluvieux entre anémones et glycines... [PV Sonia]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devotion [Maîtres/Soumis] :: Inscriptions :: RP-
Sauter vers: